Les déserts sont à l'Est.
08 décembre 2006

La Cinquième partie : RETOUR AU REEL.‎

    Injonction. Ne crois pas qu’il soit facile ainsi de revenir sur terre. Comme me l’avait dit un jour un aviateur chargé de millions d’heures de vol : « voler serait la plus belle chose qui soit, s’il n’y avait le sol ». Je le savais depuis le début qu’il y aurait une fin, une coda, une clé de sol. Nous y voici, sur le chemin du retour. Ne te réjouis pas trop vite : ce sera le chemin des écoliers.
Posté par andremriviere à 18:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 janvier 2007

‎43.‎1 - Un papillon dans la forêt.‎ L'ultime révérence.

L’ultime révérence. Nous n’allions pas fuir la côte comme des voleurs et laisser l’océan mugir sans lui faire encore une révérence. Nous en voulions pour notre argent en quelque sorte. Tout ce mal et tout ce temps pour être ici sur la plage abandonnée, coquillages ni crustacés qui tiennent, tourner le dos sans quelque salut et quelque détour, pas question. Un manque de savoir vivre très touriste. Nous allions encore suivre la ligne d’océan tant que temps qui passe restera un peu distrait. Soyons clairs : Los... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 janvier 2007

‎43.2‎ - Un papillon dans la forêt - La corniche sans baleines.‎

La corniche sans baleine. Jusqu’à Monterrey, ainsi, il y a de la vie dans cette fin du monde là. La ville est coquette, paisible, piétonne et polie. J’en ai ce souvenir, de mon bref passage. Il ne sera peut-être pas celui de tout le monde, car Monterrey est cher à commencer par le restaurant du port, ciel l’addition, mais ce sont les risques des prolongations. Promis, c’est fini, il faut maintenant s’enfoncer dans la Californie. Bon, mais sans oublier la boucle de la seventeen miles drive, une sorte de raccourci qui... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 15:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 février 2007

‎44.‎ Le gouffre.‎

Mariposa est la porte de Yosemite National Park. L’exercice consiste à te raconter joliment la traversée de ce parc. Il regorge de beautés paysagères tout à fait belles, mais si, il en est si redondant que je me dois de l’être, et tout à fait paysagères. Il y a de mystérieuses forêts, d’interminables cascades, d’incroyables surplombs, dominant un cirque sans pareil dominé de sommets majestueux. Il mérite une bonne note à la rédaction d’école primaire sans conteste. Tu vois le tableau, n’est-ce pas ? Impossible d’être... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 février 2007

‎45.‎1 - Le fantôme du pantalon.‎

Le fantôme du pantalon. 1°) Fausse route. Je te vois bien là, dans ton coin, à me jeter la pierre. C’est bien d’un parisien de se la jouer blasé et de faire le dédaigneux devant cet endroit là de cette Sierra là, Nevada sans neige. Ou alors, me croyant sur parole, tu vas penser que ces monts et merveilles ne sont que pièges capitalistes, pompes à touristes ultra-libéraux et mondialisés, les pompes comme les touristes, appâts de mère nature pour gaver de pop-corn l’obèse en short. Il faut le reconnaître,... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 13:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 février 2007

‎45.2‎ - Marco Polo.‎

2°) Marco Polo. A rebours de l’histoire du monde, à rebours des grands mythes fondateurs, qui ont conduit les tribus du sous-continent à poursuivre le soleil dans sa course, passer l’Indus, les déserts aryens, le pays de Zoroastre, le monde d’entre les fleuves, cette grande migration préhistorique qui aboutit à l’Histoire, et qui depuis cinq siècles a franchi notre Océan croyant renaître, pas l’Océan de là-bas mais le nôtre prosaïque et Hugolien, c’est si court cinq siècles, à rebours de tous sauf Marco Polo le vénitien... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2007

‎46.‎ Nevada.‎

Le désert vivant. Je vais te faire le coup de je me souviens. Je n’ai pas compris tout de suite, qu’il était encore temps, que j’étais sur place ; aujourd’hui que j’écris l’évidence revient devenue inutile. Je me souviens de ce dont j’aurais dû me souvenir quand j’y étais. Je me souviens d’un film que j’avais vu étant enfant. Un documentaire. Le genre de pensum où la mère nous traînait pour notre instruction, à l’âge où tout nous dépassait. Trop tôt, probablement, mais nous devions être les meilleurs. Je ne suis pas... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 18:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 mars 2007

‎47.‎ Le sculpteur et l’oiseau.‎

   Nous devrions être au beau milieu de la sierra Nevada ; je me faisais une fête de vous la décrire, le vertige en montant le vertige en descendant, entre les murs de neige qui nous auraient donné l’envie de rester encore un peu, encore longtemps. Rien n’arriva, le changement fut si brutal que du col au lac, quatre-vingt dix minutes de descente, nous n’avons pas eu le temps de réaliser que la fin du monde était finie, la fin du monde des champs de fraises, des forêts de géants, des otaries et de fraîcheur. Me... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 16:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 mars 2007

‎48.‎ L’escalier. 48.1 - La première marche.‎

1°) La première marche. C’est le moment. Tu me l’avais dit, il fallait remonter vers l’Est, retrouver la maison. Traverser la Sierra était une première formalité, une mise en forme, un coup d’essai. Juste pour s’arracher à l’attraction du couchant où tous les peuples se soumettent, à la vaine poursuite du soleil, à la douceur de la fin du monde. Nous voici devant le grand escalier et sa première marche. First, but not least. Toi aussi tu y es. Tu es bien obligé de me suivre et tu ne vas pas rester là, aux... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 13:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 mars 2007

‎48.2 - Les puritains.‎

2°). Les puritains. C’est une évidence philosophique. Une tautologie, comme disent ceux qui veulent t’impressionner de leur science. Je le dis donc, dis donc. Tautologie, le discours sur Toto. Le chemin qui remonte de la fin du monde à la vraie vie passe nécessairement par la vallée de la Mort. J’ai connu des déserts absolus couverts de sel sur des étendues plus vastes que les mers qu’ils furent, où nul oiseau ne pouvait survivre faute d’insecte, ou nul insecte ne pouvait survivre faute de rien, où la panne de voiture... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 12:51 - - Commentaires [8] - Permalien [#]