01 juillet 2005

Repartir.

Bonjour. Surtout ne quittez pas. Vous êtes sur le PREMIER billet d'un blogue, le plus ancien de tous les billets. Au lieu de lire la dernière élucubration du blogueur de céans, vous en lisez la plus vieille. Un peu comme si vous lisiez un livre, vous savez, ces trucs de vieux qu'on ouvre à la première page et qu'on jette à la deuxième, à moins de le lire jusqu'à la fin. Voilà. Mon blogue est un truc de vieux. Un voyage que je raconte, qui commence ici quand il a commencé et même un peu avant, et qui finira quand j'aurai fini... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 15:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

01 juillet 2005

Lettre à Marion. Le 9 mars 2002.

Ma chère Marion, Il est temps que je t’écrive. Juste avant de me glisser dans cette peau de Moine, une tunique de Nessus dont je ne sais ce qu’elle fera de moi. Il se pourrait bien qu’elle me prenne beaucoup d’énergie, et que je devienne bien différent de celui auquel tu es habituée, et qui te sert vaguement de repère, balise distraite battue par la vague. Différent ? Peut-être aussi semblable à ce que je suis, et que j’ai laissé dormir trop longtemps, en pure perte. Je ne suis pas à la dérive, un solide câble me retient au fond,... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 16:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 juillet 2005

Lettre à Marion. Le 22 avril 2002.

Promesse. De l’eau a encore coulé sous les ponts. Elle n’arrête pas de couler sous les ponts, l’eau, à croire qu’elle ne sait faire que couler sous les ponts. Pendant ce temps-là, le trajet de notre périple s’est construit, et j’en sais plus aujourd’hui sur l’Amérique que je n’en saurai jamais. Il ne me reste plus qu’à aller voir sur place si tout est comme dans les livres. Ai-je bien raison de t’écrire ? Je ne suis même pas capable de deviner si tu en seras heureuse, si tu apprécies que j’aie à ce point besoin de te raconter... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 16:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 juillet 2005

Lettre à Marion. Le 30 avril 2002.

Peur et bêtise. Rien n’y fait. Je peux, avec une précision maniaque, suivre ville après ville, mile après mile, le parcours que je n’ai pas encore parcouru, découvrant les paysages que me révèle avant l’heure Internet, n’écouter que le vent de l’Ouest, rien n’y fait, c’est mon vieux monde à moi que j’entends sangloter. Je n’ai jamais réussi à me persuader que la peur, la bêtise, la lâcheté, puissent être aussi universelles qu’elles sont, et aujourd’hui encore je ne peux le croire. Nous sommes la risée du monde entier avec... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 16:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 juillet 2005

Un ange passe.

Un ange passe, dans un bruit de moteur deux temps. C’était longtemps après mon retour d’Amérique. Vous pouvez compter le mot longtemps en années. Je n’avais pas encore commencé à raconter ce voyage et à tenir la promesse faite à Marion, sous le fallacieux prétexte qu’elle n’en savait rien, de la promesse. Tout juste si elle savait que nous avions voyagé aux Etats-Unis. La vérité est qu’on peut bien moins échapper à ces promesses là qu’aux promesses ostensibles, dont chacun sait qu’elles n’engagent que ceux qui les croient.... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 16:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
01 juillet 2005

Une histoire Vai de Vai.

Ouvrez les guillemets. Ma tondeuse est une Harley-Davidson.    10/03/2004. Vai de Vai.            Hier il faisait beau, et j'entendais des bruits de tondeuses dans tout le quartier. Et soudain je me suis dit: Pourquoi pas moi? Oui, et pourquoi est-ce que moi, vai kagai, je passerais pas la tondeuse dans mon jardin, où je commence à voir pousser une vraie prairie, vu que ça fait depuis qu'on s'est installés ici qu'elle pousse, sans que personne ne la coupe, ni ne la... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2005

Ton histoire est jolie, Vai de Vai.

Ton histoire est jolie, Vai de Vai. J’aime bien être traversé par des images qui bougent quand je lis, et tout bougeait là, en couleur même. Vert et jaune sont rarement compatibles en matière de vêtement, mais dans ma tête il y eut comme un vent d’anis et de menthe qui m’a rafraîchi les idées. Et il m’en est venue une, d’idée. Ce sera tout pour aujourd’hui, une idée par jour pas plus, il faut savoir s’économiser, dit le fou. Ton titre évoque Messieurs Harley et Davidson. Aussitôt on voit la grosse moto qui file en grondant... [Lire la suite]
Posté par andremriviere à 17:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]